Autoportraits

Résumé

Michel Stefanini traite, dans une errance équivoque, de la disparition..., la sienne, la vôtre..."Les Limbes Ordinaires " sont une incursion dans un territoire flou, une théurgie provocatrice, pour atteindre la frontière de l'oubli de soi, entre anéantissement et métamorphose.

Catégorie
Photographie
A propos

Texte extrait de la nouvelle « N° 47″ « Les Limbes Ordinaires » (Michel Stefanini) 

 

Face à l’infini, notre vie ne dure qu’une approximation temporelle, un rien ridicule de suffisance et de conscience et pourtant on s’y accroche comme à une bouée au milieu de l’océan, et de plus, cette bouée, nous la savons crevée, une légère fuite, un petit trou qui s’agrandit au fur et à mesure du temps qui passe. Cependant on s’époumone, on souffle à qui mieux mieux pour la maintenir, pourvu que l’on flotte encore un peu… Et plus on vieillit, plus on s’époumone et moins on a de souffle…